L'Herpès Virus


Des hausses de mortalités ont été constatées pour l’huître creuse Crassostrea gigas, en France, en Irlande en 2008 et en 2009 à Jersey également. Les Etats Membres concernés ont pris des mesures pour contrôler cette situation de maladie émergente, principalement basées sur la restriction des mouvements d’huîtres C. gigas depuis les zones affectées par les mortalités.
Les hausses de mortalités ont initialement été attribuées à une combinaison de facteurs environnementaux défavorables, la présence de bactéries du genre Vibrios et les présences d’herpès virus OsHV-1 incluant un génotype récemment décrit OsHV-1 µvar. Alors que les causes des mortalités restent incertaines, les études épidémiologiques menées en 2009 suggèrent que OsHV-1 joue un rôle important dans les mortalités.
Compte tenu que cette situation épidémiologique s’est reproduite en 2009 et du fait de la recrudescence des cas et des risques de propagation au printemps et à l’été 2010, le Commission a adopté un règlement, basé sur l’expérience acquise, pour que les Etats Membres œuvre dans une démarche harmonisée concernant les mesures de contrôle.

RÈGLEMENT (UE) N o 175/2010 DE LA COMMISSION du 2 mars 2010 portant application de la directive 2006/88/CE du Conseil en ce qui concerne des mesures de lutte contre la surmortalité des huîtres de l'espèce Crassostrea gigas associée à la détection de l'herpès virus 1 μvar de l’huître (OsHV-1 μvar)

Il existe toujours de grandes incertitudes concernant la situation de maladie émergente, et les mesures transitoires prévues par le Règlement (CE) n°175/2010 s’appliquent jusqu’à la fin de l’année 2010.
A partir du retour d’expérience et des connaissances acquises, la Commission en coopération avec les Etats Membres affectés et l’ensemble des partenaires, réévaluera la situation et les mesures prises.
Le règlement (CE) n°175/2010 prévoit des mesures qui ne s’appliquent qu’à l’huître creuse, C. gigas.
Si des hausses de mortalité sont constatées, l’autorité compétente de l’Etat Membre (DGAL en FR) doit prélever des échantillons afin de rechercher la présence d’OsHV-1 µvar. Si le nouveau génotype est détecté alors la zone doit faire l’objet de mesure de confinement. Les mouvements d’huîtres creuses doivent être interdits depuis cette zone, sauf exceptions prévues à l’article 3 du règlement. Les lots autorisés à quitter une zone de confinement doivent être accompagnés d’un certificat (annexe II, règlement (CE) n°175/2010).
Les mesures de confinement et de restriction peuvent être levées après deux inspections consécutives permettant de constater que les hausses de mortalités ont cessées.
Les huîtres provenant de zones affectées en 2009, sont soumises à des exigences complémentaires notamment en termes de certification si elles sont destinées en tant qu’animaux d’aquaculture dans une zone ou compartiment faisant l’objet d’un programme de détection précoce pour l’OsHV-1 µvar.
Les programmes de détection précoce du virus OsHV-1 sont soumis à la Commission auprès du Comité Permanent de la Chaine Alimentaire et de la Santé Animale.
Une page internet dédiée aux mortalités d’huîtres et aux déclarations des Etats Membres est accessible sur le site de la DGSANCO ().